add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
ASTRAZENECA : Le Sénégal s’entête argumente sans convaincre…

ASTRAZENECA : Le Sénégal s’entête argumente sans convaincre…

L’Allemagne, la France, l’Italie, la Grande Bretagne, l’Espagne entre autres pays ont suspendu l’utilisation du vaccin contre le Covid-19 du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca «à titre préventif» après le signalement d’effets secondaires, a annoncé lundi 15 mars le ministère de la Santé dudit pays. L’institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement, «estime que d’autres examens (sont) nécessaires», après des cas de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées en Europe, a précisé un porte-parole du ministère, alors que plusieurs pays ont déjà pris une telle mesure. Cette décision renforce les doutes autour du vaccin qui cause des effets secondaire et, est interrompu dans plusieurs  autres pays.

 Pendant ce temps, au Sénégal le ministre de la santé et de l’action sociale relative. « Nous n’avons pas encore trouvé d’anomalie et le jour où cela arrivera nous prendrons les dispositions nécessaires avait dit   Abdoulaye Diouf Sarr.  Il faut noter qu’après les 200 000 doses de sinopharme le Sénégal n’a reçu le vaccin ‘’ incriminé’’. En effet, notre pays a reçu 25 000 doses de l’Inde et 324 000 doses de l’initiative Covax.  Ce qui lui fait un stock de près de 400 000 doses de l’Astra Zeneca.  Cette polémique autour du vaccin a accentué les réticences déjà émises autour de la vaccination contre le Covid de manière générale. D’ailleurs, ceci a motivé la sortie l’immunologue expert en vaccin. Le Professeur Tandakha Ndiaye a, lui aussi, à l’image du ministre tenté de convaincre et de rassurer.  « Il nous faut continuer la vaccination ».  A l’en croire, les lots diffèrent de ceux qui ont été incriminés, la surveillance continue comme dans tous les autres pays et les résultats rassurent, et sur 5 millions de personnes vaccinées ajoute-t-il, une trentaine ont développé des effets secondaires.  Le Professeur précise en outre qu’il faudra encore prouver que c’est imputable au vaccin. « Les bénéfices dépassent largement les risques, alors il ne faudrait pas qu’on s’arrête » dit-il dans un entretien publié par le ministère de la santé et de l’action sociale sur sa page.   Pour rappel, l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg, le Danemark et la Norvège ont interrompu l’utilisation d’un lot d’un million de doses du vaccin Astra Zeneca, envoyé à 17 pays de l’Union européenne. Cette suspension est intervenue suite à la découverte des problèmes de circulation sanguine chez plusieurs personnes vaccinées. Pour être plus précis, les autorités sanitaires danoises affirment que, les premières à prendre une telle décision, renseignent avoir “constaté des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées avec le vaccin Covid-19 d’Astra Zeneca”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.