add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Attaque de nervis à Ourossogui : « Les gendarmes n’ont rien fait pour nous venir en aide», (Fouta Tampi)

Attaque de nervis à Ourossogui : « Les gendarmes n’ont rien fait pour nous venir en aide», (Fouta Tampi)

La coordonnatrice du collectif « Fouta Tampi », Fatoumata Ndiaye, est dans tous ses états. Cela fait suite à la présence de nervis à Ourossogui lors de la tournée économique du chef de l’Etat Macky Sall. D’après « Source A », la dame s’est exprimée sur la question, lors d’une conférence de presse tenue, hier, en compagnie du mouvement « Y en a marre ». Fatoumata Ndiaye a rejoué le film de l’attaque qu’ont subi ses membres de son mouvement.

Pour elle, ce sont des circonstances qui pourraient être évitées par les hommes de tenue s’ils avaient fait correctement leur travail. « Les éléments de la gendarmerie n’ont rien fait pour nous venir en aide et arrêter les auteurs de ces actes. Ils ont laissé nos bourreaux nous malmener, sans bouger le petit doigt. J’ai été tabassée et traînée par terre. Une autre camarade a été, elle aussi, passée à tabac et déshabillée. Heureusement qu’elle avait un autre t-shirt en dessous. Les nervis ont volé nos téléphones portables, déchiré les banderoles, les pancartes et les t-shirts rouges que nous portions. Et ils nous ont tabassés deux fois. Du jamais vu au Fouta », s’insurge-t-elle.

La coordonnatrice du collectif « Fouta Tampi » ajoute: « ils ont eu droit à des grenades lacrymogènes lancées, non pas par les forces de l’ordre mais par des nervis.

Par ailleurs, Fatoumata Ndiaye, accuse Me moussa Bocar Thiam de s’attaquer à sa propre personne. « Ils étaient envoyés par le maire de Ourossogui himself, Moussa Bocar Thiam qui n’est autre que l’agent judiciaire de l’Etat. On m’a évacuée à Kanel pour que je puisse leur échapper, c’est par la suite que j’ai pu rallier Dakar ».

Toutefois, Fatoumata Ndiaye estime qu’elle n’hésitera pas à s’armer pour se défendre: « Vu que les choses en sont arrivées à ce niveau, je vais personnellement veiller à ma sécurité. Je vais me procurer une arme avec son permis et je me défendrai de tout assaillant. Advienne que pourra. Je ne laisserai personne m’attaquer sans que j’aie les moyens de me défendre. Je vais porter plainte aussi bien au niveau national qu’international ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *