add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Donald Trump aurait discuté d’une grâce préventive pour trois de ses enfants

Donald Trump aurait discuté d’une grâce préventive pour trois de ses enfants

Donald Trump chercherait-il à protéger ses trois enfants les plus âgés et son avocat personnel à être condamné à justice ? C’est ce qu’a affirmé le New York Times, mardi 1er décembre.

C’est une information du New York Times , publiée le mardi 1er décembre : Donald Trump songerait à une grâce préventive pour ses trois enfants, son gendre et son avocat personnel et en aurait discuté avec ce dernier, Rudy Giuliani.

Éviter une « vengeance de Biden »

Le Président sortant craindrait, selon les sources citées par le quotidien américain, que le ministère de la Justice de l’ère Biden se venge en ciblant notamment ses trois enfants les plus âgés : Donald Trump Jr., Eric Trump et Ivanka Trump ainsi que le mari de cette dernière, Jared Kushner.

Pour l’instant, les craintes de Donald Trump concernant ses deux aînés ne sont pas claires, précise le New York Times, bien qu’une enquête menée par le procureur du district de Manhattan sur l’organisation Trump se soit étendue pour inclure des déductions d’impôts sur des millions de dollars en société, dont certaines semblent être allées à Mme Trump.

Quant à Rudy Giuliani, même si là encore, les contours sont flous, ce sont ses rapports à l’Ukraine qui inquiéteraient : l’homme a récemment fait l’objet d’une enquête par les procureurs fédéraux de Manhattan pour ses relations d’affaires en dans le pays et son rôle dans l’éviction de l’ambassadeur américain. L’affaire était au cœur de la destitution de Donald Trump, rappelle le quotidien. Les procureurs fédéraux de Manhattan enquêtent depuis 2019 sur le rôle de M. Giuliani et de deux de ses associés dans une vaste campagne de pression visant à pousser le gouvernement ukrainien à enquêter sur les rivaux de M. Trump, à savoir le fils de M. Biden, Hunter Biden.

L’avocat et ancien maire de New York a contre-attaqué sur Twitter : « Le New York Times ment encore. Je n’ai jamais eu la discussion qu’ils attribuent à tort à une source anonyme. Difficile de suivre tous leurs mensonges. »

Une enquête plus large en cours

Dans le même temps, une enquête plus large sur des soupçons de corruption pour obtenir des grâces présidentielles est menée, rapporte Reuters. Le département américain de la Justice enquête sur un potentiel stratagème criminel de versements d’argent à la Maison blanche en échange d’une grâce présidentielle, montrent des documents judiciaires rendus publics ce mardi 1er décembre par un tribunal fédéral.

La juge de district Beryl Howell a publié une ordonnance de 18 pages, grandement expurgée, décrivant ce qu’elle qualifie d’enquête pots-de-vin contre pardon. Peu de détails du stratagème présumé sont rendus publics, et aucun nom de suspects ou de personnes potentiellement impliquées n’est communiqué.

Selon le document, les procureurs à Washington ont dit avoir obtenu des preuves d’un schéma de corruption dans le cadre duquel un individu offrirait une importante donation politique en échange d’une grâce présidentielle ou d’un sursis.

L’ordonnance indique aussi que les enquêteurs s’intéressent à un mécanisme secret de lobbying, avec deux personnes non identifiées n’ayant pas respecté les dispositions légales pour intervenir auprès de hauts représentants de la Maison blanche.

Un représentant du département de la Justice a déclaré qu’aucun représentant du gouvernement n’est ou n’a été ciblé par l’enquête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *