add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Greenpeace et Changing markets accusent : « De grandes entreprises européennes complices de l’insécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest »

Greenpeace et Changing markets accusent : « De grandes entreprises européennes complices de l’insécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest »

« Nourrir un monstre : Comment les industries européennes de l’aquaculture et de l’alimentation animale volent la nourriture des communautés d’Afrique de l’Ouest ». 
C’est le nouveau rapport de Greenpeace et Changing markets dans lequel, ils accusent de grandes entreprises européennes d’être à la source des conséquences dévastatrices du commerce de la farine et de l’huile de poisson en Afrique de l’Ouest. 
 
Le rapport dévoile comment des millions  de populations sont privées de plus d’un demi-million de tonnes de petits pélagiques. Le produit extrait chaque année des côtes d’Afrique de l’Ouest est transformés en aliments pour l’aquaculture et l’agriculture, en compléments alimentaires, en cosmétiques et en produits alimentaires pour animaux de compagnie hors du continent africain.
 
Un fait que Dr Ibrahima Cissé, responsable de campagne à Greenpeace Afrique déplore en ces termes : « C’est une pratique honteuse et un mépris flagrant des lois locales et internationales. Le poisson propre à la consommation humaine ne devrait pas et ne doit plus jamais être volé aux communautés d’Afrique de l’Ouest pour répondre aux besoins d’autres pays. Nos gouvernements doivent agir rapidement pour mettre un terme à cette situation ».
 
Des propos corroborés par la responsable des campagnes de Changing Markets, Alice Delemare Tangpuori. Elle affirme : « Les exportations de farine et d’huile de poisson vers l’Europe détournent les moyens de subsistance des communautés côtières, en privant les populations d’une importante source de nourriture et d’un moyen de revenu. Les entreprises et les détaillants européens d’aliments aquacoles ne peuvent plus ignorer ce problème majeur de droits de l’homme et d’environnement. Il est temps de repenser les chaînes d’approvisionnement et de supprimer rapidement l’utilisation de poissons sauvages dans la nourriture des poissons d’élevage et d’autres animaux, afin de préserver ces populations de poissons sauvages pour les générations futures », a-t-il déclaré.
 
Le rapport s’est appesanti sur une recherche du commerce et de la chaîne d’approvisionnement entre l’industrie de la farine et de l’huile de poisson (FHP) en Afrique de l’Ouest et le marché européen. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *