add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
LA FIN DU CHARBON EST EN VUE, LE ROYAUME-UNI OBTIENT DES ENGAGEMENTS AMBITIEUX AU SOMMET DE LA COP26

LA FIN DU CHARBON EST EN VUE, LE ROYAUME-UNI OBTIENT DES ENGAGEMENTS AMBITIEUX AU SOMMET DE LA COP26

Grâce au soutien du Royaume-Uni et de nos partenaires internationaux, une coalition de 190 pays a décidé aujourd’hui d’éliminer progressivement l’électricité produite à partir du charbon et de ne plus soutenir les nouvelles centrales au charbon.

La campagne du Royaume-Uni voit les grandes banques s’engager à ne plus financer le charbon, en plus des engagements pris par la Chine, le Japon, la Corée et le G20 de mettre fin au financement étranger de la production d’électricité au charbon d’ici à la fin de 2021, mettant ainsi fin à tout financement public de nouvelles centrales au charbon.Sous la présidence britannique de la COP26, les pays s’engagent à accélérer l’élimination du charbon et à accroître rapidement le déploiement de la production d’électricité propre, marquant ainsi un tournant décisif dans la transition vers une énergie propre au niveau mondial.

La fin du charbon, principal responsable du changement climatique, est en vue grâce au Royaume-Uni, qui a obtenu une coalition de 190 pays et organisations lors de la COP26. Des pays comme la Pologne, le Vietnam, l’Égypte, le Chili et le Maroc ont annoncé des engagements clairs en faveur de l’élimination progressive du charbon.

Les engagements d’aujourd’hui, réunis grâce aux efforts du Royaume-Uni, notamment la nouvelle « Déclaration sur la transition du charbon vers l’énergie propre », concernent les pays développés et en développement, les principaux utilisateurs de charbon et les pays vulnérables au changement climatique. Dix-huit pays, dont la Pologne, le Vietnam et le Chili, s’engagent pour la première fois à éliminer progressivement le charbon et à ne pas construire ou investir dans de nouvelles centrales au charbon, marquant ainsi un moment important de la COP26 dans la transition mondiale vers l’énergie propre.

Cette déclaration, lancée aujourd’hui, engage les nations du monde entier à :

  • Mettre fin à tout investissement dans la production d’électricité à partir de charbon, tant au niveau national qu’international ;
  • Accroître rapidement le déploiement de la production d’énergie propre ;
  • Éliminer progressivement l’électricité produite à partir du charbon dans les économies dans les années 2030 pour les grandes économies et dans les années 2040 pour le reste du monde ; et,
  • Assurer une transition équitable vers l’abandon de l’énergie au charbon, dans l’intérêt des travailleurs et des communautés.
    Ces engagements s’ajoutent à ceux de la Chine, du Japon et de la Corée, les trois plus grands bailleurs de fonds publics du charbon, qui se sont engagés à mettre fin au financement étranger de la production d’électricité à partir du charbon d’ici à la fin de 2021, annoncés l’année dernière pendant la présidence britannique de la COP26. Les accords conclus au G7, au G20 et à l’OCDE pour mettre fin au financement public international du charbon envoient un signal fort indiquant que l’économie mondiale se tourne vers les énergies renouvelables. Cela pourrait mettre fin à plus de 40 GW de charbon dans 20 pays, soit l’équivalent de plus de la moitié de la capacité de production d’électricité du Royaume-Uni.

Pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris visant à limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 degré, la transition mondiale vers l’énergie propre doit progresser quatre à six fois plus vite qu’actuellement. Le charbon étant le principal responsable du changement climatique, son élimination progressive et la mise en place d’une transition rapide et inclusive vers l’énergie propre sont essentielles si nous voulons maintenir l’objectif de 1,5 degré.

28 nouveaux membres ont signé aujourd’hui la plus grande alliance mondiale pour l’abandon progressif du charbon, l’alliance « Powering Past Coal », lancée et coprésidée par le Royaume-Uni. Le Chili, Singapour et Durban ont rejoint aujourd’hui plus de 150 pays, sous-nationales et entreprises, dont les partenaires financiers NatWest, Lloyds Banking, HSBC et Exportation et développement Canada. Cela représente plus de 17 000 milliards de dollars d’actifs désormais engagés dans les objectifs d’élimination progressive du charbon du PPCA.

Le nombre de nouvelles centrales au charbon prévues dans le monde a également diminué de 76 % au cours des six dernières années, ce qui signifie l’annulation de 1 000 GW de nouvelles centrales au charbon depuis l’accord de Paris, ce qui équivaut à environ dix fois la capacité totale de production de pointe du Royaume-Uni.
L’accord mondial d’aujourd’hui, qui vise à abandonner le charbon au profit d’une énergie propre, a été rendu possible grâce à un certain nombre d’autres initiatives lancées par le Royaume-Uni, notamment :

  • Pas de nouvelles centrales au charbon : la fin de la construction de nouvelles centrales au charbon est en vue. Le lancement de l’accord « No New Coal Power » par six pays lors du dialogue de haut niveau des Nations unies en septembre, suivi des engagements pris dans la déclaration sur la transition du charbon vers l’énergie propre. Cela signifie que d’ici à la fin de l’année, tous les nouveaux financements publics pour les centrales au charbon en activité auront cessé, les investissements étant de plus en plus axés sur l’accélération de la transition vers des sources d’énergie propres telles que l’énergie éolienne et solaire, désormais moins chères que la production d’électricité à partir du charbon dans la plupart des pays. Cela accélère la dynamique mondiale croissante visant à mettre fin aux nouvelles centrales au charbon, comme en témoigne l’effondrement de 76 % du pipeline mondial de centrales au charbon proposées depuis l’Accord de Paris en 2015.
  • Soutenir les économies émergentes : En outre, les principales économies émergentes ont annoncé des plans visant à accélérer une transition juste du charbon vers une énergie propre. Il s’agit notamment d’un partenariat pour une transition énergétique juste en Afrique du Sud d’une valeur de 8,5 milliards de dollars, ainsi que de l’Indonésie et des Philippines qui ont convenu d’un nouveau partenariat novateur avec la Banque asiatique de développement pour soutenir la mise hors service anticipée des centrales au charbon existantes. D’autres annonces de financement sont attendues aujourd’hui à la COP26.
  • Soutenir les économies à forte intensité de charbon : Les pays où la production d’électricité et l’exploitation minière du charbon sont importantes sont confrontés à d’importants défis sociaux et financiers dans la transition vers l’abandon du charbon. Le Conseil de transition énergétique (ETC) de la COP26 mobilise et coordonne l’aide nécessaire pour permettre aux économies intensives en charbon d’effectuer une transition équitable, en réunissant 20 gouvernements et plus de 15 institutions internationales pour accélérer la transition du charbon vers l’énergie propre dans le cadre d’une reprise économique verte. Par exemple, le mécanisme de réponse rapide du Conseil de transition énergétique fournit une assistance technique, réglementaire et commerciale rapide aux pays et a déjà répondu à 24 demandes dans divers domaines, notamment l’efficacité énergétique aux Philippines et la gestion du réseau en Égypte.
  • Assurer une transition équitable : Aujourd’hui, le gouvernement britannique a également lancé une nouvelle déclaration internationale sur la transition juste, qui garantit que l’abandon des industries à forte intensité de carbone se traduira par un avenir durable, vert et équitable, qui créera de nouveaux emplois de qualité et favorisera le dialogue social local dans les économies en développement et émergentes. Coordonnée par le gouvernement britannique, la déclaration a été signée à ce jour par 12 pays, ainsi que par le Royaume-Uni et la Commission européenne, ce qui représente un large éventail de bailleurs de fonds dans le monde entier, et contribue à une transition juste pour les communautés du monde entier.
    Le Royaume-Uni a déjà pris un grand nombre des engagements les plus ambitieux en matière d’énergie propre parmi les plus grandes économies du monde, en s’engageant à éliminer complètement l’énergie au charbon d’ici 2024, en faisant progresser la production d’énergie renouvelable avec un système électrique décarboné d’ici 2035, et en démontrant que la lutte contre le changement climatique ne doit pas nécessairement se faire au détriment d’une économie en croissance.

Entre 1990 et 2019, l’économie britannique a connu une croissance de 78 %, tandis que les émissions de carbone ont diminué de 44 %, soit la réduction la plus rapide du G7. Le charbon représente moins de 2 % de la production d’électricité, contre 40 % il y a près de dix ans. Ces réalisations font suite à la publication, le mois dernier, de la stratégie historique Net Zero du Royaume-Uni, qui présente des mesures visant à aider les entreprises et les consommateurs à passer aux énergies propres, tout en soutenant des centaines de milliers d’emplois bien rémunérés et en mobilisant jusqu’à 90 milliards de livres d’investissements privés d’ici 2030. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *