add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
La France suspend ses opérations militaires conjointes au Mali

La France suspend ses opérations militaires conjointes au Mali

La France a annoncé jeudi qu’elle suspendait à titre conservatoire ses opérations militaires conjointes avec les forces maliennes du fait de la transition politique en cours au Mali, une décision destinée à faire pression sur la junte militaire pour qu’elle rétablisse un gouvernement civil.

Les opérations exclusivement françaises, elles, sont maintenues. La décision sera réévaluée dans les prochains jours, a fait savoir le ministère français des Armées.

Cette annonce intervient alors que le président et le Premier ministre intérimaires maliens ont été arrêtés par l’armée et poussés à la démission la semaine dernière, à la suite de l’annonce d’un remaniement ministériel, amplifiant la crise politique dans le pays.

Assimi Goita, le colonel à l’origine du coup d’Etat d’août 2020 puis de la nouvelle révolte militaire, a été nommé président vendredi dernier.

Emmanuel Macron a déclaré dans un entretien au Journal du Dimanche que la question d’un retrait de l’armée française au Mali se posait après le nouveau putsch militaire survenu à Bamako.

Le chef de l’Etat français a souligné par ailleurs en début de semaine que l’armée française ne pouvait combattre à elle seule le terrorisme au Sahel et que sa présence sur le terrain nécessitait le renforcement d’institutions stables et légitimes.

« Des exigences et des lignes rouges ont été posées » par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et l’Union africaine pour « clarifier le cadre de la transition politique au Mali », a indiqué jeudi le ministère des Armées. « Il revient aux autorités maliennes d’y répondre rapidement ».

« Dans l’attente de ces garanties, la France (…) a décidé de suspendre, à titre conservatoire et temporaire, les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes ainsi que les missions nationales de conseil à leur profit », a-t-il ajouté dans un communiqué.

« Ces décisions seront réévaluées dans les jours à venir au regard des réponses qui seront fournies par les autorités maliennes ».

Un porte-parole de l’armée malienne a décliné une demande de commentaire, indiquant qu’il s’agissait d’une question politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *