add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Les médecins internes se penchent sur les complications  Thrombatiques

Les médecins internes se penchent sur les complications Thrombatiques

La suspension de la vaccination avec l’Astra Zeneca dans plusieurs pays pour des raisons de caillots sanguins se formant dans l’organisme a été de toutes polémiques au Sénégal. La suspicion contre la vaccination avait pris de l’ampleur avant même que ces pays ne reprennent.   Au-delà de la vaccination les complications thrombotiques font partie des plus redoutables au niveau de la maladie de Covid-19.  En parlant de ces complications la première qui vient en tête est l’embolie pulmonaire qui est un facteur de mortalité et qui peut apporter une sévérité du tableau clinique.  C’est une infection à risque thrombotique. La covid-19 est une maladie très complexe pas encore cernée.  Du moins selon le docteur   El Hadji Daouda Niang, interne des hôpitaux en hématologie clinique, secrétaire général de l’association des internes et anciens internes au Sénégal. Docteur Niang s’exprimait pendant un séminaire organisé par les membres de l’association. « C’est ce qui est retrouvé dans la pratique quotidienne de la médecine qui nous renseigne sur plusieurs facteurs. On sait qu’il y a une augmentation fréquente de la coagulation. Parallèlement on note une atteinte de la paroi vasculaire, c’est une infection systémique qui va solliciter des éléments de défense de l’organisme ». En effet, une thrombose, est un caillot appelé se formant dans un vaisseau sanguin et l’obstruant. Il peut se former dans une veine ou dans une artère. On parle alors respectivement de thrombose veineuse et de thrombose artérielle. La complication la plus grave de la thrombose veineuse est l’embolie pulmonaire où le caillot se détache de l’endroit où il s’est formé et migre vers l’artère pulmonaire, pouvant entraîner une mort subite.  Les complications sont encore plus graves sur un sujet qui a le diabète.  Il faut noter que corréler à la Covid le risque est plus grave chez les diabétiques, les hypertendus.  Le risque peut aussi survenir chez les hyper-tendus artérielle. Il existe entre autres pas mal d’éléments pour expliquer ces risques qui compliquent la Covid. Toutefois il faut noter qu’il est aussi possible de noter des thromboses chez des sujets qui n’ont aucun antécédent traumatique. « Il y a des thromboses artériels et veineuses qui peuvent survenir avec  la  Covid  et  qui  sont  diagnostiquées  pendant  l’hospitalisation ou pendant le dépistage » clarifie docteur Niang.

 S’agissant des facteurs favorisant, l’âge, le stresse la psychose causée par la pandémie peuvent être des facteurs de risques. Jusque-là il faut noter que beaucoup d’hypothèses sont   émises mais il faut rassembler ces données avec celles biologiques pour mieux étayer les suppositions. Pour ce qui est de l’anticoagulation, quand le malade présente une sévérité et on donne un anticoagulant pour éviter une thrombose.  En effet quand ‘’un malade est stressé, ne se déplace pas, reste immobile la logique voudrait qu’on lui donne ce médicament avant qu’il ait des thromboses.  On parle de vaccination, ça n’a rien à voir.  On utilise des virus morts pour vacciner.  Il s’agit de faire synthétiser des moyens de défense.  On peut donner l’anticoagulant avant pour éviter la thrombose comme on peut le donner pendant la thrombose pour éviter une complication’’. « Les médicaments ne sont pas dénués de risques, que ça soit des vaccins ou autres formes de médicaments.  Il Y a   souvent des effets secondaires mais il faut faire la balance bénéfices risques.  Sur le vaccin les bénéfices prédominent sur les quelques complications notées » explique le secrétaire général.  Et de conclure : « Pour ce qui est de la drépanocytose il n’est pas encore noté de cas aggravant par rapport au Covid »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *