add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Mali : un mandat d’arrêt international contre Karim Keïta, fils de l’ex-président IBK

Mali : un mandat d’arrêt international contre Karim Keïta, fils de l’ex-président IBK

Un jeune homme de 24 ans a été retrouvé mort aux abords d’une discothèque de La Corogne. Ses proches dénoncent un crime homophobe.
Le meurtre d’un jeune homme battu à mort le week-end dernier a secoué l’Espagne où se sont déroulées lundi 5 juillet d’importantes manifestations pour dénoncer un « crime homophobe ». Samuel, un aide-infirmier de 24 ans, a été retrouvé inconscient aux abords d’une discothèque de la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, après avoir été passé à tabac. Les secours ne sont pas parvenus à le réanimer et il est mort samedi matin, racontent les médias espagnols.
« Justice pour Samuel. L’homophobie et le fascisme c’est la même chose », clamait une gigantesque banderole tenue par des manifestants partis lundi soir de la célèbre place de la Puerta del Sol à Madrid. Une foule de plusieurs milliers de manifestants, dont certains brandissaient le drapeau des Fiertés, avait ainsi répondu à l’appel de nombreux collectifs LGTB+ réclamant « Justice pour Samuel », comme le criaient les participants.
« C’est un acte sauvage et sans pitié »
Depuis sa mort, ses proches dénoncent un crime homophobe, quelques jours seulement après la fin de la semaine des Fiertés en Espagne. Des manifestations ont eu lieu lundi soir dans d’autres villes espagnoles, comme à la Corogne, rassemblant souvent plusieurs centaines de personnes, d’après les photos et les vidéos postées sur les réseaux sociaux.
Lundi, le ministre espagnol de l’Intérieur Fernando Grande-Larlaska a souligné qu’il n’y avait eu aucune arrestation pour le moment et qu' »aucune piste n’était écartée, ni celle délit de haine ni aucune autre ». « Je suis convaincu que l’enquête de la police trouvera bientôt les auteurs de l’assassinat de Samuel et fera toute la lumière sur les faits. C’est un acte sauvage et sans pitié. Les droits et les libertés ne reculeront pas. L’Espagne ne le tolèrera pas », a tweeté lundi soir le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *