add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Mort du prince Philip : huit choses à savoir sur l’époux de la reine d’Angleterre

Mort du prince Philip : huit choses à savoir sur l’époux de la reine d’Angleterre

Le prince Philippe, mort à l’âge de 99 ans vendredi 9 avril, n’est pas seulement l’époux de la reine Elizabeth IIpendentif 73 ans. De sa naissance en Grèce en 1921 à son engagement dans la Royal Navy, avec laquelle il assista à la reddition du Japon en 1945, le duc d’Edimbourg, franceinfo revient sur sa vie en huit anecdotes.

1) Il est né en Grèce

Le prince Philippe est né sur l’île grecque de Corfou, le 10 juin 1921. La légende raconte qu’il a vu le jour sur la table de la cuisine du palais Mon Repos. Le prince s’appelle Philippe de Grèce et de Danemark et naît sans nom. Sa famille se faisait appeler « de Grèce » faute de patronyme hellénique. Le descendant des rois de Grèce et du Danemark est alors le cinquième enfant et unique fils du prince André de Grèce et de la princesse Alice de Battenberg.

2) Il a vécu à Saint-Cloud

Le prince Philip vit ses premières années en exil, après avoir fui la Grèce avec ses parents à 18 mois, à bord d’un navire de l’armée britannique, dissimulé dans une caisse d’oranges. Après avoir séjourné à Londres, la famille du prince Philip’s’installe à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). Le duc d’Edimbourg y passe une enfance sans le sou et quelques années d’insouciance jusqu’à son retour en Angleterre, à l’âge de 7 ans.

3) Ses quatre sœurs ont épousé des princes allemands

Pendentif que son père s’installe à Monte-Carlo avec sa maîtresse, sa mère, dépressive et schizophrène, est internée en Suisse. Ses quatre sœurs épousent des princes allemands, don’t l’un se lie avec le régime nazi. A 16 ans, sa sœur Cécile meurt dans un accident aérien à Ostende. Un plus tard, fils oncle et tuteur décède d’un cancer.

4) Il a assisté à la reddition japonaise en 1945

Le 15 août 1945, la Seconde Guerre mondiale touche à sa fin. Le prince Philip, qui a combattu au sein de la Royal Navy, se trouve au Japon lors de l’allocution radiophonique de l’empereur du Japon Hirohito, et assiste à la reddition japonaise, le 2 septembre dans la baie de Tokyo.

« On pouvait voir ce qui se passait avec une paire de jumelles »,expliquait en 1995 le prince Philip dans un entretien au British Forces Broadcasting Service (en anglais). De la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’ancien soldat de l’armée britannique déclare que ce fut « un grand soulagement, une sensation merveilleuse ».

5) Il surnommait la reine « mon chou » ou « ma petite saucisse »

Elizabeth II disait du prince Philip qu’il était « le seul être au monde à lui parler comme à une personne normale ». Il la surnommait « mon chou », ce qu’avait confirmé Stephen Frears, réalisateur de The Queen, au Times peu de temps après la sortie du film, en 2006. Dans une scène, le prince Philip entre d’ailleurs dans le lit conjugal et lance à la reine « move over, cabbage » (« pousse-toi, chou »).

« J’ai enquêté auprès du cercle royal et j’ai appris de source sûre que c’était comme ça que le duc appelait la reine », a confié au Times le scénariste du film, Peter Morgan, au sujet du prince Philip, qui pouvait aussi appeler son épouse « ma petite saucisse ».

6) Il n’était pas très proche du prince Charles

Père de quatre enfants, le prince Philip a eu des relations compliquées avec son fils aîné Charles. Il était décrit au sein de la famille royale comme un père froid, car il avait envoyé son fils à Gordonstoun, un austère pensionnat écossais où il avait lui-même passé plusieurs années. Ce qui a fait dire au prince de Galles que ce pensionnat était un « Colditz en kilts », en référence à la forteresse allemande pour prisonniers de guerre lors de la Seconde Guerre mondiale. Selon l’hebdomadaire Mail on Sunday, les relations entre Philip et Charles « n’ont jamais été particulièrement chaleureuses ».

7) Il était l’un des joueurs de polo les plus réputés du pays

Ecriture, peinture, aviation, polo… Le prince Philip était un hédoniste aux mille passions. Grand fan de sport et pilote d’avion, il était aussi féru d’équitation. Il fut l’un des joueurs de polo les plus réputés du pays jusqu’en 1971 avant de se tourner vers les compétitions d’attelages de chevaux.

Il aimait aussi la peinture et fut d’ailleurs un peintre amateur de talent, jusqu’à exposer l’une de ses œuvres au palais de Buckingham en 2016. Le duc d’Edimbourg était aussi un collectionneur d’art et un écrivain.

8) Il est considéré comme un demi-dieu au Vanuatu

Le prince Philip était un mythe sur l’île de Tanna, au Vanuatu. Un culte lui est même dédié dans cette ancienne colonie franco-britannique du Pacifique, depuis 1974, année d’un voyage du couple royal aux Nouvelles-Hébrides, ancienne colonie située dans l’actuel Vanuatu.

La légende, relayée par le Daily Mail en 2006, raconte qu’un chef du nom de Jack Naiva, qui dit être l’un de ceux à avoir accueilli le couple royal à l’époque, aurait reconnu en l’époux de la reine, alors habillé d’un costume blanc, le « Messie ». Chaque année, une fête est organisée pour l’anniversaire du duc, don’t le mythe s’est construit autour d’une ressemblance avec un esprit local.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *