add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Quand Diouf Sarr adoube les medecins…

Quand Diouf Sarr adoube les medecins…

L‘Ordre national des Médecins du Sénégal a été créé par la loi n° 66-069 du 04 juillet 1966.  Cela entre  dans la dynamique  de notre pays qui a compris l’importance de mettre en place des instances de régulation telles que les ordres professionnels.  En effet, « le Médecin est respecté pour son altruisme, son empathie, son sens de l’écoute, et pour tant d’autres qualités au-delà de son expertise médicale. Cependant, c’est un métier exigeant, qui requiert rigueur et professionnalisme, avec le besoin de s’adapter en permanence face aux évolutions scientifiques et technologiques » a explique le ministre de la santé et de l’action sociale. Abdoulaye Diouf Sarr a présidé le lancement du plan stratégique  de développement, premier du genre de l’Ordre National des Médecins du Sénégal (ONMS).

Diouf Sarr a insisté sur l’importance pour tous les acteurs, à commencer par les Ordres professionnels, d’œuvrer inlassablement pour préserver la noblesse et le lustre de la profession médicale. « Si nous ne le faisons pas, la confiance que le patient a toujours eue vis-à-vis de son médecin, de son pharmacien, de son chirurgien-dentiste, va se briser, et il sera long et difficile à reconstruire ».

Selon le ministre, ce document est un puissant outil pouvant permettre à l‘Ordre des Médecins de consolider sa dynamique de performance et d’apporter, à travers ses axes d’intervention et lignes d’actions, une contribution efficace à l’exercice de la profession médicale au Sénégal.

A propos du Tableau de l’Ordre national des Médecins, il a félicité les nouveaux médecins inscrits en 2021. « Ils ont agi conformément à la réglementation et sont maintenant en droit d’exercer. Ceux qui ne sont pas inscrits au Tableau sont dans l’illégalité. Ils exposent les patients et nuisent à leurs pairs et ternissent l’image de notre système de santé »dit-il.  Et de conclure : « J’insiste sur ce point car, l’exercice illégal de la médecine est une menace grandissante pour le système de santé. C’est un fléau à combattre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *