0 4 minutes 2 mois

L’université Amadou Makhtar Mbow est moderne sur tous les plans avec un amphithéâtre qu’on n’a jamais eu probablement au Sénégal et des laboratoires bien équipés même si, ce n’est  que la moitié qui est construite selon le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Moussa Baldé était l’invité de l’émission Jury du Dimanche. Le président de la République, Macky Sall, a inauguré à Diamniadio la deuxième université publique de Dakar, après l’université Cheikh-Anta-Diop en hommage à l’ancien ministre de l’éducation nationale et ancien directeur de l’Unesco.

« L’idée de cette université était de désengorger l’université de Dakar. À l’époque, je n’étais même pas en politique, j’étais 100% universitaire. J’avais participé à la mise en place de la 2e génération d’université au Sénégal. Il était prévu une deuxième université de Dakar d’une capacité de 30.000 places. Maintenant, on doit repenser le curricula pour voir comment faire pour que l’université puisse atteindre très rapidement une vitesse de croisière et participer pleinement à la formation de nos nouveaux bacheliers. Et, augmenter de façon importante l’accès et l’accueil des nouveaux bacheliers », a-t-il confié.

Dans cette université renseigne Moussa Baldé on pourra trouver toutes les filières scientifiques. « Ils en ont fait une université d’école comme l’école des mines, etc. On y entre par concours maintenant, il faudra que cette université rentre dans le cadre des universités publiques du Sénégal où, avec Campusen, les gens pourront demander librement d’aller dans cette université. Mais, c’est une université à vocation scientifique. Cette université devrait garder son statut d’université d’excellence, mais petit à petit il faudrait qu’elle participe à l’accueil des bacheliers scientifiques du Sénégal » dit-il

En termes de lits pour accueillir les étudiants, c’est aussi important que l’université Cheikh Anta Diop il y’a moins de dix ans. « Ils peuvent accueillir 4.000 étudiants dans le Campus. Elle a un amphithéâtre de 1.500 places, 92 bureaux pour les profs et beaucoup de grandes salles de cours. Une bibliothèque qui peut accueillir jusqu’à 3.000 étudiants. C’est une vraie université où il y’a toutes les commodités pour étudier sérieusement » a répondu le ministre.

Pour lui, l’université change la ville. À Diamniadio, nous avons le stade, Dakar Arena, les sphères ministérielles et autres. « Quand vous regardez Dakar Aréna et le stade, ce sont de grandes infrastructures que le monde nous envie, mais qui n’ont pas une vie quotidienne. On espère avoir des étudiants assez ambitieux dont le rôle ne sera pas de casser ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *