add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
« Vouloir courir alors qu’on ne peut pas marcher est utopique » dixit Meissa N. SECK.

« Vouloir courir alors qu’on ne peut pas marcher est utopique » dixit Meissa N. SECK.

Vouloir courir alors qu’on ne peut pas marcher est utopique. N’eût été la France, un chaos aurait régné sur la dorsale du Sahara qui va du Mali au Tchad en passant par le Burkina et le Niger.

Le Centre Afrique, le Cameroun, le Nord Nigeria, la Mauritanie, le Sénégal auront subi les mauvaises conséquences d’une absence des troupes onusiennes et des Français.

Lorgner côté Russie pour remplacer la France, c’est vouloir changer de fusil d’épaule par simple orgueil, pure fierté et sentiments néocoloniaux mal placés.

Soutenir la France et les Casques bleus, militaires pas comme les autres, contre les jihadistes pour maintenir paix et sécurité, dans cette bande au sud du Sahara, est devoir et obligation.

Autres considérations c’est autres données géopolitiques et géostratégiques que les Africains devraient gérer avec plus d’ intelligence aux fins de prendre en mains propres leurs destins.

Le Mali doit faire très attention à une rupture qui n’a aucun sens et qui le mettrait dans une situation pire. Les Français ne sont pas des Occupants.

Ces opinions n’engagent que moi Meissa N. SECK.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *