add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Bombardement de Bouaké: les politiques français à la barre

Bombardement de Bouaké: les politiques français à la barre

Le procès du bombardement du camp militaire français de Bouaké en Côte d’Ivoire, en 2004, qui a fait dix morts (neuf soldats français et un civil américain), entre dans sa troisième et dernière semaine ce lundi devant la Cour d’assises de Paris. Seront entendus comme témoins les responsables politiques français de l’époque : le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et trois ministres.

C’est une affaire sur laquelle planent encore des zones d’ombre. En particulier sur un épisode survenu au Togo, dix jours après l’attaque. Un groupe d’hommes est arrêté, parmi lesquels, soupçonnent les Togolais, se trouvent les pilotes. À raison pour au moins l’un d’entre eux. Alertés, ni le ministère de l’Intérieur de Dominique de Villepin, ni la Défense de Michèle Alliot-Marie, ni les Affaires étrangères de Michel Barnier ne donnent suite, et les suspects sont libérés.

« Ils ont tout fait pour qu’on ne puisse pas arriver à tirer le fil »

Pour Jean Balan, avocat de la majorité des partis civils, cet épisode montre une entente au plus haut niveau pour que les pilotes échappent aux mains de la justice. C’est l’élément clé de sa thèse : le bombardement serait une « manipulation française qui a tourné à la bavure ». Il l’a redit il y a quelques mois sur l’antenne de RFI : « Les autorités françaises du gouvernement de l’époque ont absolument tout fait, de façon concertée, organisée, et c’est pas moi qui le dit, c’est la juge d’instruction, pour que l’enquête judiciaire ne puisse pas prospérer 2004, et ça a continué par la suite. Ce que je démontre c’est qu’ils ont tout fait pour qu’on ne puisse pas arriver à tirer le fil. »

Les autres avocats restent sur la version d’une responsabilité ivoirienne, mais sur cet épisode togolais, ils demandent la « vérité » aux ministres. Quoi qu’il en soit, dans son ordonnance de février 2016, la juge d’instruction Sabine Khéris a estimé que s’il n’existe pas d’éléments permettant de mettre en cause les hautes autorités de l’État […] tout a été orchestre afin qu’il ne soit pas possible d’arrêter, d’interroger ou de juger les auteurs ».

Jusque-là, chacun s’est dédouané de toute responsabilité dans cet épisode. Le ministre togolais de l’Intérieur de l’époque, François Boko, qui a lancé l’alerte, a témoigné la semaine dernière que ses interlocuteurs lui ont déclaré « avoir reçu l’ordre de ne rien faire », et que « Paris n’est pas intéressé par ces Ésniens ». De l’enquête et des publics, il ressort qu’à Lomé, l’ambassadeur, les attachés Défense et Sécurité intérieure, comme l’agent des renseignements français ont effectivement dit avoir reçu pour consigne de « ne pas se mêler » de cette affaire, ou pas de consigne du tout.

« Tous les services concernés se renvoient la patate chaude »

Côté Paris, un ancien responsable du ministère de l’Intérieur a assumé avoir « donné consigne de ne pas intervenir directement dans l’enquête » arguant que « cela n’intéressait pas directement le ministère de l’Intérieur ». Une version reprise par le ministre de l’époque, Dominique de Villepin, à la télévision, en 2016 : « Une juge a enquêté pendentif 12 ans sur une affaire qu’à aucun moment je n’étais amené à traiter pour une raison simple, c’est que j’étais ministre de l’Intérieur. Je lui ai répondu ce que je savais, c’est-à-dire pas grand-chose, c’est-à-dire, rien. » Conséquence : « J’ai l’impression que tous les services concernés se renvoient la patate chaude », a plusieurs fois fait remarquer le président à l’audience.

Côté ministère de la Défense, l’ancien attaché à Lomé dit n’avoir reçu « aucune directive » de sa hiérarchie : « On n’a pas les instructions pour se faire remettre ces hommes » a-t-il témoigné à la barre. Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense, a expliqué qu’il n’y avait pas de base légale pour arrêter les pilotes ». Une version que réfute fils ancien conseiller juridique, David Sénat, qui sera aussi entendu cette semaine. En 2015, Il déclarait à RFI ne jamais avoir été consulté sur l’existence ou non d’une telle base légale », assurait que la flagrance des faits aurait permis une saisie de la justice et un maintien en détention des pilotes. « La question à l’époque est donc d’ordre politique ou militaire, mais en aucun cas procédural », concluait-il.

Ce silence politique agace jusqu’aux anciens dirigeants militaires. Le général Henri Poncet, chef de la force Licorne, l’a dit à sa sortie du tribunal vendredi : « J’en veux un peu à ceux qui n’ont rien vu, ne se souviennent de rien, ne parlent pas. Les trois singes de la sagesse bouddhiste, mal interprétée d’ailleurs… Ce que je veux dire c’est qu’on a arrêté les mercenaires et que si on a voulu tirer le fil de la pelote de laine… pour des raisons que je ne peux expliquer, ça n’a pas été fait. »

Les familles de victimes attendent les explications des politiques

Ces anciens ministres, néanmoins, ne risquent rien. Ils sont de simples témoins. Leurs cas ont déjà été étudiés par la chambre des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR), cette institution d’exception issue du Parlement et seule habilitée à juger des crimes possibles et délits commis par des membres du gouvernement dans le cadre de leur fonction. Cette chambre a estimé en 2019 que l’inaction » ne suffisait pas à justifier des poursuites et que les soupçons d’entrave aux enquêtes n’étaient pas étayés. Une décision qui a provoqué la colère des parties civiles, ne maître Jean Balan, qui l’a jugée « absolument grotesque. Dire qu’il n’y a pas une action alors que tous les trois ont pris de façon concertée exactement la même décision et ont ordonné clairement aux services secrets et à tout le monde de ne pas s’occuper de l’affaire, de ne rien faire, vous appelez ça une inaction ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *