add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Cour d’Appel de Dakar : «Un notaire ne doit pas beaucoup parler», (Me Ibrahima Ndiéguène)

Cour d’Appel de Dakar : «Un notaire ne doit pas beaucoup parler», (Me Ibrahima Ndiéguène)

Ils se nomment Serigne Amadou Tamsir Ndiaye, Emile Soulèye Guèye, Aïcha Lô et Mory Diakhaté. Ils ont prêté serment, ce lundi 12 avril, au Tribunal de grande instance (TGI) hors classe de Dakar. Prêts à exercer leurs fonctions de notaire, ils sont associés dans quatre chargés de Dakar. La cérémonie s’est déroulée précisément devant la Chambre civile et administrative de la cour d’Appel de Dakar.
 
Prenant la parole, le secrétaire général du Conseil de l’ordre des avocats, Me Ibrahima Ndiéguène, leur a rappelé «qu’être notaire au Sénégal, c’est appartenir à une élite et lorsqu’on en appartient, nous n’avons que des privilèges et des obligations».
 
«Donc, il faut faire la part des choses, essayer d’avoir un comportement équilibré. Nous sommes, par nos fonctions, une autre partie isolée. Le notaire, comme tous les autres acteurs de la justice, ne pourra se comporter comme tout justiciable. Le fait d’y appartenir nous impose un comportement exemplaire à l’intérieur de nos offices, mais partout où nous sommes dans la vie», a enseigné la robe noire.
 
Tout en arguant : «Est-il besoin de rappeler l’importance du notaire qui, dans la Grèce Antique, dans une société organisée, il faut des gens qui consignent les conventions établies entre les parties pour les sécuriser.  Le notariat a précédé l’indépendance au Sénégal, qui s’est déployé à travers les greffiers.»
 
Toujours à l’endroit d’Aïcha Lô et ses pairs, Me Ndiéguène a lancé : «A partir de maintenant, le plus dur a commencé avec le flambeau. Il n’est plus question de liberté sur vos comportements. Un notaire ne doit pas beaucoup parler. Il ne parle pas, parce qu’on lui confie des secrets. On lui confie des choses que les concernés veulent tenir secret.»
 
«N’importe qui ne peut exercer la fonction de notaire, qui requiert compétence, probité et respect du secret professionnel»
 
L’avocat général est ainsi revenu sur le parcours de ces notaires. Soutenant que ces derniers ont réussi un concours très sélectif. En plus, ajoute-t-il, ils ont fait un stage de trois ans. «N’importe qui ne peut exercer la fonction de notaire, qui requiert compétence, probité et respect du secret professionnel. La comparution ne laisse aucun doute sur leurs aptitudes pour exercer», a fait remarquer l’avocat général.
 
Ainsi, il déclare que «le serment est un acte important, sinon essentiel qui va les accompagner, mais qu’il est soumis à l’usure du temps. «Il leur appartient de le renouveler et d’en faire un bréviaire. Ce qui éviterait les errements qui pourraient compromettre leur carrière. Ils vont forcer le respect de leurs pairs et gagner la confiance de la population. J’ose espérer qu’ils feront bon usage de leur serment», a-t-il signifié.
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *