add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
ETAT D’URGENCE OU URGENCE SANITAIRE, A QUEL REGIME SE FIER ?

ETAT D’URGENCE OU URGENCE SANITAIRE, A QUEL REGIME SE FIER ?

« Si une exacte discipline et l’habitude des obéissances forcées ne favorisent en nous l’amour de l’ordre, nous risquons de ne l’aimer jamais. La raison vient la dernière ; il faut lui trouver un logis ; qu’à son arrivée elle le trouve bien tenu, sinon elle n’entrera pas » (Victor CHERBULIEZ)

L’histoire politique du Sénégal est  sans conteste marquée par la rareté  des mesures restrictives de liberté. Les Présidents  Senghor et DIOUF n’ont décrété l’Etat d’urgence chacun qu’une seule fois et le Président Wade s’en est même passé. Oui, il s’en est passé après douze années à la tête du pays. En dépit d’un certain 23 juin. C’est que  l’Etat d’urgence est un régime d’exception. Et la démocratie commande de gouverner par la règle et non par l’exception !  Quant au quatrième chef de l’Etat sénégalais, il a, en l’espace d’une année restreint à deux reprises les libertés de ses concitoyens.  La première mesure se justifiait largement. Elle avait reçu l’adhésion de la plupart des sénégalais notamment les leaders d’opinions. Opposants et partisans du pouvoir  se sont accordés tous sur la stratégie de lutte contre la pandémie.  Un fonds de riposte de mille milliards a été collecté sans difficultés majeures. Mais, l’usage qui en a été fait suscite encore des interrogations. Comment comprendre qu’aucune école, qu’aucune université et qu’aucun service de l’Etat n’ait reçu  aucun masque du beau-frère du président ? Pour autant, le peuple sénégalais a obéi aux normes sanitaires et sécuritaires prescrites à cet effet, par peur,  par devoir et par  nécessité.  La contagiosité du coronavirus emportait la tyrannie de l’urgence !  Les plus sceptiques et quelques esprits rebelles ont  très vite  retrouvé la raison. La raison d’Etat était là, bien présente.  La pandémie avait reculé du fait de la riposte bien organisée des sénégalais mais elle était également  toujours là.  C’est donc le relâchement des uns et des autres qui lui a permis d’avancer au point de perturber la quiétude nationale. Le relâchement a été facilité par le chef de guerre himself qui, dans un discours d’usage a appelé « à vivre avec le virus ».  C’est en cela justement que le second Etat d’urgence hâtivement décrété par le Chef de l’Etat est paradoxal.  Monsieur le Président veut sinon rattraper le temps perdu, du moins reprendre la bonne stratégie. Ainsi pense-t-on qu’il décide à tâtons. Il est équivoque dans sa prise de décisions dans la mesure où s’il évite bien la contradiction, il reste beaucoup qu’il n’échappe pas à une certaine ambiguïté. Le décret est tombé sur Dakar et Thiès alors qu’il fallait d’abord «lui trouver un logis ». Vivre avec le virus  signifie vaquer à ses préoccupations,  reprendre ses vieilles habitudes à la seule condition d’observer les mesures barrières.  Il ne nécessite ni Etat d’urgence ni couvre-feu. Certes, l’urgence sanitaire est encore plus qu’une réalité mais, elle n’est pas spécifique au combat contre le coronavirus. La santé économique et financière des travailleurs notamment ceux du secteur informel qui n’ont reçu aucune subvention de l’Etat et dont le couvre-feu empêche l’exercice d’activités  la nuit, est techniquement et froidement une urgence à prendre au sérieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *