add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
La Biélorussie accuse la France de « piraterie » après le refus de survol à un de ces avions

La Biélorussie accuse la France de « piraterie » après le refus de survol à un de ces avions

En réponse au déroutage vers Minsk d’un avion de ligne le week-end dernier, la France a fermé son espace aérien aux avions biélorusses. Un avion parti d’Espagne ce mercredi 26 mai a dû faire demi-tour. La Biélorussie crie à la « piraterie aérienne ».

La Biélorussie a accusé mercredi la France de piraterie aérienne pour avoir refusé son espace aérien à un avion biélorusse effectuant une liaison Minsk-Barcelone, le forçant à faire demi-tour.

C’est un fait absolument scandaleux et un acte immoral. Honnêtement, c’est pratiquement de la piraterie aérienne, a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la diplomatie biélorusse Anatoli Glaz.

Cet incident intervient trois jours après le déroutage vers Minsk d’un avion de ligne effectuant Athènes-Vilnius à bord duquel se trouvait un opposant biélorusse et sa compagne qui ont été arrêtés, provoquant une avalanche de condamnations occidentales et des nouvelles sanctions de l’UE.

Ordre oral du Premier ministre

Mercredi, un vol Minsk-Barcelone de la compagnie nationale Belavia a dû faire demi-tour quelques minutes après avoir décollé, juste avant de rentrer dans l’espace aérien polonais.

Selon Belavia, trois minutes avant le décollage, les autorités aéronautiques françaises ont désactivé le plan de vol sans en avertir la compagnie aérienne qui l’a appris des contrôleurs aériens polonais.

Les régulateurs de vol français invoquaient un ordre oral du Premier ministre français, a ajouté Belavia dans un communiqué.

Le mépris froid pour les intérêts des personnes à bord, leur sécurité, est tout simplement stupéfiant, a ajouté Anatoli Glaz, assurant que la plupart des passagers étaient des citoyens de l’Union européenne et dénonçant une violation directe des normes du droit international.

En représailles contre l’arrestation de l’opposant biélorusse, Roman Protassevitch, l’Union européenne a pris la décision lundi de fermer son espace aérien à la Biélorussie, mais la décision finale revient aux pays de l’UE.

La Pologne a interdit mercredi soir son espace aérien aux avions biélorusses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *