0 3 minutes 10 mois

 Ndiaye »Ndey Khady Ndiaye a fait l’objet d’un interrogatoire la veille du procès et il est impossible du point de vue de la loi d’entamer les débats moins de trois jours avant. Nous sommes des juristes et nous savons ce qui est juste ». C’est les arguments du juge Hyppolite Ndeye qui a présidé l’audience de la chambre  criminelle dans l’affaire de  viols répétitifs et menace de morts qui opposent Ousmane Sonko à Adji Sarr, pour renvoyer d’office le procès. Il a en effet renvoyé en huitaine.

Me Moussa Sarr, un des avocats de la défense  qui s’est constitué pour Ndeye Khady Ndiaye, a pris la parole pour demander le renvoi dans un mois afin de prendre connaissance du dossier. « Nous avons un dossier de 471 pages avec des audios, des images, des vidéos, On ne peut pas prendre connaissance du dossier à huitaine. Notre client est poursuivi pour des faits extrêmement graves. Je vous demande le renvoi pour nous mettre dans la possibilité d’organiser notre défense. Il faut renvoyer à un mois voire 45 jours », a déclaré Me Moussa Sarr.

Me El Hadji Diouf, avocat de Adji Sarr,  prendra la balle au rebond  pour s’opposer  sans detours à cette demande qui lui semble dilatoire. « Pendant plus de 2 ans, on vient vous dire qu’on a 471 pages ça ne nous intéresse pas. Même s’il y’a de nouvelles constitutions ce n’est pas notre « thiebou dieun ». Il a été assisté depuis la première comparution. Les gens ont suffisamment de temps pour se préparer. Dans ce procès, il y’a des gens qui ont pris la tangente. Ils ont peur de faire face à Adji. Mais nous, nous sommes prêts depuis 2 ans. On n’a pas besoin de 20 jours ou un mois pour se préparer », a-t-il dit.

Me  Bamba Cissé, avocat de Ousmane Sonko lui demandera de s’en tenir au dossier de manière ferme. Il sera aidé dans cette tâche par le juge qui a expliqué de manière ferme qu’il est hors de question qu’on entamé le débat de fond en cette date. Le juge Ndeye a d’ailleurs voulu mettre un terme aux débats mais ce sera sans compter sur la détermination de Me Ibrahima Mbengue. L’avocat refuse catégoriquement de laisser les choses telquelle. » On n’acceptera pas qu’on veille faire comprendre  que c’est la défense qui a demandé le renvoi. C’est la chambre qui a renvoyé d’office en huitaine a dit l’avocat ». 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *