0 3 minutes 3 semaines
Le professeur Daouda Ndiaye, candidat à l’élection présidentielle considéré la sanction infligée à Walfadjri trop lourde. Dans un communiqué rendu public il a signifié que pour cette entreprise de presse qui a formé plusieurs générations de journalistes et, pas des moindres une telle décision est injuste. En effet, le ministre Moussa Bocar Thiam a retiré la licence du groupe de feu Sidy Lamine Niass après avoir coupé le signal pendant le jour qui a suivi, l’abrogation du décret portant convocation du corps électoral par le Chef de l’Etat Dans le document le professeur Ndiaye a rappelé que « La Constitution du Sénégal garantit le droit à l’information du public. C’est pour cette raison dit-il : « Nous regrettons comme bon nombre de nos concitoyens, le retrait de la licence de télévision du groupe Walfadjri ».

  Le Professeur Daouda Ndiaye, candidat à la présidentielle du 25 février 2024, insiste sur le fait qu’il a été l’un des derniers invités du plateau en direct de Walf TV et précise que cela fait suite au refus musclé des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) qui l’ont contraint à ne pas pouvoir exercer son droit à une « manifestation organisée par les candidats à la Présidentielle (reportée) de février au Rond-Point Saint Lazare dimanche dernier ».   Par ailleurs, « il dénonce vigoureusement cette mesure arbitraire et demandons aux autorités compétentes de rétablir le groupe Walfadjri dans son droit à la collecte, au traitement et à la diffusion de l’information, à l’instar de quelques-uns de ses pairs qui ont également diffusé en direct la manifestation des candidats à la Présidentielle sans être inquiétés ». D’ailleurs le candidat affirme que « le ministre Moussa Bocar Thiam a tout simplement ignoré la procédure de suspension de signal et de retrait définitif de licence d’une radio ou d’une télévision, prévue par nos lois et règlements, notamment par le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) qui en a les prérogatives. Pour quel dessein ? »   Le candidat à l’élection présidentielle invite par la même occasion « le ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’’Économie numérique à faire preuve de bon sens et à mettre fin à ce qui pourrait être assimilé à de l’acharnement envers le groupe Walfadjri, en rendant le signal et la licence à cette entreprise. Cela évitera que les centaines d’honnêtes citoyens qui y gagnent leur vie ne viennent grossir les rangs des jeunes chômeurs sénégalais. La « barque » est déjà pleine, monsieur le ministre, n’en rajoutez pas! »  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *