0 2 minutes 3 semaines

En abrogeant le décret convoquant le corps électoral suivi du vote, par l’Assemblée nationale,  de la loi portant dérogation de l’article 31 de la Constitution, le chef de l’État a contribué au report de l’élection présidentielle. 

Mais Macky Sall a encore le temps de se ressaisir. Il y a un concert de voix universel qui l’y invite, selon Thierno Alassane Sall, leader de la République des valeurs et candidat à la Présidentielle. 

Pour lui, le Sénégal est déjà trop divisé et fragilisé. Il ne doit pas sous-estimer l’inévitable riposte que provoquera son pari diabolique.

En effet, il a réaffirmé, aujourd’hui, aux côtés des autres candidats, sa volonté indéfectible de respecter le calendrier électoral. “La République, sa Constitution et la liberté inaliénable du peuple du Sénégal de choisir ses dirigeants ne doivent souffrir d’aucune ambiguïté. Macky Sall a constitué son gang de putschistes. Ils doivent être considérés comme tels. Nous continuons notre campagne électorale et avons déposé les recours contre la décision inique de la nouvelle intercoalition BBY-PDS”, dit-il. 

TAS précise  qu’en déposant la réclamation contre la double nationalité de Karim Wade, il avait pour seule préoccupation la défense de la Constitution. “C’est ce qui donne cohérence et légitimité à notre opposition au putsch constitutionnel en cours”. 

Par ailleurs, poursuit le candidat de la République des valeurs, “cette grave affaire concerne toute la nation, au point de provoquer la sortie d’une personnalité dont chaque mot est mesuré, l’archevêque de Dakar, monseigneur Benjamin Ndiaye. Son message interpelle toutes les forces vives qui, à cette heure, s’organisent pour défendre la République et l’État de droit”.

Yandé Diop 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *