add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Conflit israélo-palestinien : début de la trêve à Gaza après 11 jours de combats

Conflit israélo-palestinien : début de la trêve à Gaza après 11 jours de combats

La trêve à Gaza est entrée en vigueur ce vendredi 21 mai grâce à l’accord trouvé entre Israël et le Hamas. Des scènes de joie ont eu lieu dans le territoire palestinien, touché par 11 jours de combats.

Une trêve sous l’égide de l’Égypte entre Israël et le Hamas a débuté vendredi 21 mai, mais le Hamas a prévenu qu’il se tenait toujours « prêt à dégainer » et a exigé qu’Israël mette fin à la violence à Jérusalem et répare les dégâts causés dans la bande de Gaza.

Le président américain Joe Biden s’est engagé à apporter une aide humanitaire et une aide à la reconstruction à Gaza.

Les Palestiniens, dont beaucoup avaient passé 11 jours dans la peur des bombardements israéliens, ont afflué dans les rues de Gaza. Les haut-parleurs des mosquées ont salué « la victoire de la résistance sur l’occupation (israélienne) ».

Chaque partie prête à riposter

Les voitures circulant à l’aube dans le quartier de Cheikh Jarrah à Jérusalem-Est arboraient des drapeaux palestiniens et klaxonnaient, faisant écho aux scènes de célébration à Gaza.

Chaque partie a déclaré qu’elle était prête à riposter à toute violation de la trêve par l’autre. Le Caire a déclaré qu’il enverrait deux délégations pour surveiller le cessez-le-feu.

Les hostilités, exacerbées par les affrontements entre la police israélienne et les fidèles de la mosquée al Aqsa à Jérusalem pendant le mois sacré du ramadan, étaient les plus graves depuis plusieurs années.

Des repas de fête à Gaza

En raison de ces affrontements, de nombreux Palestiniens de Gaza n’ont pas pu célébrer la fête musulmane de l’Aïd à la fin du ramadan. Vendredi, dans toute la bande de Gaza, des repas de de fête ont été organisés.

En Israël, les stations de radio qui diffusaient des informations et des commentaires 24 heures sur 24 ont repris la diffusion de musique et de chansons populaires.

Depuis le début des combats le 10 mai, les autorités sanitaires palestiniennes ont déclaré que 232 Palestiniens, dont 65 enfants, avaient été tués et plus de 1 900 blessés dans les bombardements aériens. Israël a déclaré avoir tué au moins 160 combattants à Gaza.

Selon les autorités israéliennes, 12 personnes ont été tuées en Israël, tandis que des centaines de personnes ont été soignées après avoir été blessées par des tirs de roquettes.

Le Hamas crie à la victoire

Le Hamas a présenté les combats comme une victoire contre un ennemi militairement et économiquement plus fort.

« Il est vrai que la bataille se termine aujourd’hui, mais (le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu) et le monde entier doivent savoir que nous nous tenons prêts à dégainer et que nous continuerons à accroître nos capacités de résistance », a déclaré Ezzat el Rechiq, membre du bureau politique du Hamas.

Il a déclaré à Reuters que les demandes du mouvement comprennent également la protection de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem et la fin de l’expulsion de plusieurs Palestiniens de leur maison à Jérusalem-Est, ce que Ezzat el Rechiq a décrit comme « une ligne rouge ».

« Ce qui se passera après la bataille de ‘l’épée de Jérusalem’ ne ressemblera pas à ce qui s’est passé avant, car le peuple palestinien a soutenu la résistance et sait que c’est elle qui libérera sa terre et protégera ses lieux saints », a déclaré Ezzat el Rechiq.

Soulagement aigre-doux en Israël

En Israël, le soulagement était aigre-doux. « C’est bien que le conflit prenne fin, mais malheureusement, je n’ai pas l’impression que nous ayons beaucoup de temps avant la prochaine escalade », a déclaré Eiv Izyaev, un ingénieur de 30 ans de Tel Aviv.

Les analystes considèrent que l’un des principaux objectifs de la campagne du Hamas était de marginaliser Mahmoud Abbas en se présentant comme le gardien des Palestiniens à Jérusalem, dont ils convoitent le secteur oriental.

Mahmoud Abbas, 85 ans, est resté une figure marginale pendant les 11 jours du conflit. Il s’est entretenu avec Joe Biden pendant la crise – quatre mois après l’entrée en fonction de ce dernier – mais son Autorité palestinienne, soutenue par l’Occident, exerce peu d’influence sur Gaza, et il n’a fait aucun commentaire public après l’annonce de la trêve.

Les efforts de l’Égypte saluée

Le Premier ministre palestinien Mohamed Chtayyeh, nommé par Mahmoud Abbas, a déclaré : « Nous nous félicitons du succès des efforts internationaux menés par l’Egypte pour mettre fin à l’agression israélienne contre notre peuple dans la bande de Gaza », dans un commentaire publié par les médias palestiniens.

Certains Palestiniens ont brandi des drapeaux verts du Hamas à Ramallah, le siège du gouvernement de Mahmoud Abbas.

Le Hamas a précédemment exigé que tout arrêt des combats à Gaza soit accompagné d’un retrait israélien de Jérusalem. Un responsable israélien a déclaré à Reuters que la trêve ne comportait aucune condition de ce type.

« Parvenir à une véritable réconciliation »

Le département d’État américain a déclaré que le secrétaire d’État Antony Blinken prévoyait de se rendre au Moyen-Orient, où il rencontrerait des dirigeants israéliens, palestiniens et régionaux pour discuter des efforts de reconstruction.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que les dirigeants israéliens et palestiniens avaient la responsabilité, au-delà du rétablissement du calme, de s’attaquer aux causes profondes du conflit, a-t-il déclaré aux journalistes.

« Gaza fait partie intégrante du futur État palestinien et aucun effort ne doit être épargné pour parvenir à une véritable réconciliation nationale qui mette fin à la division », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *