add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Justice

Justice

Les travailleurs de la justice de Saint-Louis ont observé un arrêt de travail ce mardi
Après leurs camarades de Pikine-Guediawaye et du palais de justice Lat Dior de Dakar, les travailleurs de la justice de Saint-Louis ont marqué un arrêt de travail ce mardi 25 mai 2021. Et pour cause, ils n’ont pas toujours perçu leurs revenus complémentaires communément appelés fonds communs du premier trimestre de l’année 2021. Selon leur porte-parole Maître Tanor Diamé, cet état de fait « a privé beaucoup de travailleurs de leurs salaires du mois d’avril ». En effet, dixit Maître Diamé, le comité de gestion du fonds commun a accusé un retard de deux mois et des banques se sont faites rembourser les dettes échues sur les salaires des travailleurs. Ce faisant, ceux-ci « ont passé un ramadan et une fête de korité sans argent. Cette situation est inacceptable  » clame-t-il. Par ailleurs, les travailleurs de la justice de Saint-Louis ont dénoncé la non organisation du concours des chefs de greffe depuis quinze ans. A la place d’un concours jugé plus démocratique, regrette Me Tanor Diamé, « le Ministère de la justice préfère nommer des chefs de greffe par intérim sur on ne sait quels critères objectifs ». Sur ce, les travailleurs exigent « l’organisation immédiate du concours des Administrateurs Des Greffes ». D’ailleurs fustige Maître Diamé, « sur toute l’étendue du territoire Sénégalais, il ne reste que sept Administrateurs des greffes. Et ce corps tarde encore à prendre forme ». Ainsi exige t il la régularisation de la situation juridique des Administrateurs Des Greffes. Même pour le plus grand nombre qui est à la retraite.
A noter qu’au Tribunal de grande instance de même qu’au Tribunal d’instance de Saint-Louis, toutes les audiences de ce matin sont renvoyées en bloc. Une situation difficile pour les justiciables qui ont fait le déplacement pour se présenter au plus vieil palais du Sénégal ce matin. Cet engouement a fait réagir le représentant du bâtonnier Maître Alioune Abatalib Gueye qui s’indignant de l’état de précarité des travailleurs a exigé de l’Etat la satisfaction des revendications des travailleurs.
Ndiogou DIAGNE
Correspondant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *