add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India
Les Comoriens s’interrogent à leur tour sur le lien avec la zone franc

Les Comoriens s’interrogent à leur tour sur le lien avec la zone franc

 On l’oublie parfois mais les Comores font partie de la zone franc, et la devise, le franc comorien, est liée à l’euro, à l’instar du Franc CFA. Souvent décrié en Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale, la parité fixe entre le franc et l’euro est aussi remise en question aux Comores par l’ouvrage de l’économiste Saandi Mouignidaho, Franc CFA et émergence aux Comores, le duel est-il compatible ?

Alors que le président Azali Assoumi a fait de l’émergence son slogan politique, cette émergence est-elle possible avec la politique monétaire de la zone franc ?

La politique monétaire est conçue pour être neutre et maîtriser l’inflation, non pas sur un principe de croissance explique Saandi Mouignidaho, l’auteur de l’ouvrage sur l’impact des équilibres monétaires et la question de l’émergence des États membres de la zone franc, dubitatif face à l’objectif des Comores en 2030. « Il est prévu une croissance à deux chiffres c’est-à-dire qui doit être proche de deux soit 10, 8 et 9 sont acceptables. Sauf que hors Covid même, ce chiffre-là n’est pas faisable parce que nous avons une moyenne décennale sur deux décennies, qui est de l’ordre de 2,7 aux Comores. Je ne vois pas les performances que les Comores peuvent réaliser d’ici 2030 dans les quelques 8 ans qu’il nous reste, pour réaliser une croissance proche de deux chiffres », explique-t-il.

Le développement économique passera par de vraies mesures d’amélioration de l’offre comorienne pour l’exportation à l’exemple des voisins malgaches ou mauriciens, compétitifs grâce à leur monnaie flottante argue Saïd Abdou Salim, le directeur de cabinet du ministre de l’Économie. « Les Comoriens ont la fierté de se dire « oui à la limite la monnaie malgache est une monnaie de change parce que notre monnaie qui est mécaniquement liée à l’euro à un taux de change qui n’est pas flexible et qui nous pénalise à la fois ». C’est un bien quand on est importateur mais quand on est dans une logique d’exportation, ça n’est pas compétitif. C’est le cas des Comores : on n’a plus grand-chose à exporter. On n’est passé de 22 produits au tournant des années 70 à trois produits aujourd’hui qui sont soumis à une rude compétition des concurrents. »

Les banques sont au cœur du développement rappelle Houssein Cheikh Soilihi, consultant en finance, retraité de la Banque centrale des Comores. « L’appartenance à la zone franc a été salutaire jusqu’à présent. Pour avoir une bonne monnaie, il y a trois facteurs importants dont la discipline budgétaire de l’État. Mais si le déficit budgétaire de l’État gonfle d’une façon incontrôlée, la banque centrale est amenée à couvrir ce déficit et donc à émettre de l’argent de façon indue. Il faut développer le crédit. Si les banques arrivent à assainir leurs portefeuilles de crédit, à faire le recouvrement, à reconstituer leurs ressources, elles peuvent être le moteur du développement. »

La réforme du système de la zone franc reste le noyau de l’émergence selon chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *